La plaine de la Crau est un exemple très caractéristique de territoire qui, comme la quasi totalité des rives nord du littoral méditerranéen occidental (entre autres France, Espagne, Italie) font depuis longtemps l’objet de fortes pressions à la fois démographiques, urbanistiques, touristiques, industrielles et logistiques.

Logistique Decarbonée 3
Soutenus officiellement par Le Conseil Régional PACA et l’ADEME, Garrulus Consulting et Bouclétik organisaient le 7 octobre dernier la 3ème session LOGISTIQUE DECARBONEE, animée par Nicolas ROGIER et Gil DOAT, leurs fondateurs.

Cette session s’est déroulée dans les locaux de la société DISTRIMAG, operateur dirigé par Marc VALINEJAD, assurant la logistique du groupe MAISONS DU MONDE
Rappelons que l’un des principes de ces sessions est de réunir, au sein d’installations logistiques non institutionnelles les acteurs locaux d’un territoire et de les amener à échanger et réfléchir de façon opérationnelle autour du thème de la pression des flux de transports et de concentration d’activités logistiques.
La municipalité de Saint-Martin-de-Crau (13310, Région Provence-Alpes-Côte d’Azur) est un bon exemple de commune qui, comme tant d’autres, a vu et du conduire depuis plusieurs décennies une transformation radicale de son urbanisme, de la cartographie de ses flux, de sa physionomie, de sa population.Maurice Sambain, Mireille Henry, Gaëtan Pons
Echanger concrètement sur l’intégration des enjeux du Développement durable au sein d’entreprises de distribution, de transport et des logistique, se confronter aux élus et acteurs institutionnels locaux : c’est le sujet que nous avons pris le parti d’aborder en invitant un panel de dirigeants et cadres des entreprises du secteur, de représentants de la Région PACA et de la Mairie de Saint-Martin-de-Crau et de la Communauté d’Agglomération Arles-Crau-Camargue-Montagnette.

Etaient présents …
Maurice SAMBAIN, 1er Adjoint au Maire de Saint-Martin-de-Crau, 6ème mandat.
Mireille HENRY, de la Communauté d’agglomération ACCM
Madjid OUACHE, du Conseil Régional PACA Transports)
Thierry LARGER, Responsable Qualité, correspondant Bilan Carbone DISTRIMAG, représentant Marc VALINEJAD, son PDG.
Stefan SABATIER, Directeur des Services Support KATOEN NATIE
Laurent TOUTAIN, Responsable QSE KATOEN NATIE
Philippe DUHAMEL, Directeur Transports CASTORAMA
Gaëtan PONS, Expert Transports (Messagerie route)

Quelle perception et perspectives pour le report modal ?
Philippe DUHAMEL indique que CASTORAMA étudie actuellement un projet pour amener les containers qui débarquent actuellement à Fos, directement au port d’Arles : une réflexion commune aux entreprises de la zone serait certainement très profitable. Thierry LARGER souligne alors que le souci entre le port d’Arles et la zone de Saint Martin de Crau est l’accessibilité : de plus le projet de voie de contournement d’Arles passant par le sud, ne devrait pas permettre pas cette optimisation. De son côte Stefan SABATIER reconnaît que la zone portuaire d’Arles est intéressante à prendre en compte dans les projets à venir pour KATOEN NATIE.
Philippe DUHAMEL informe d’un projet de création d’une association entre RFF et 9 distributeurs dont CASTORAMA à vocation de promotion du fret ferroviaire (ex : Lille Lyon ou Lille Rennes). Actuellement, 20% de la distribution nationale de CASTORAMA est assurée en train. Les conséquences lors des journées de grève sont donc très compliquées à gérer (depuis le début de l’année 2010, 45 jours ayant subi des problèmes ferroviaires, et ceci même si la SNCF semble avoir fait d’énormes progrès dans la qualité de service : sur les déplacements Lille Marseille, par exemple, il n’y a quasiment plus de retard.) Par ailleurs, concernant le fret, la problématique est aussi liée aux flux : sur 100 camions qui descendent vers le sud Méditerranée pour seulement 20 qui remontent.M. Ouache, S. Sabatier, Ph. Duhamel, L. Toutain, Th. Larger
Enfin, Madjid OUACHE, du CR PACA rappelle que la ligne d’autoroute de la mer Toulon Civitavecchia via Bastia est en cours de réouverture : ce sera une ligne de transport mixte passager / fret.

Comment intégrer concrètement le Développement Durable au pilotage des entreprises ?
Dans le cadre de la démarche environnementale déjà engagée chez KATOEN NATIE, Stefan SABATIER précise que des indicateurs sont axés sur les consommations d’énergie et la gestion des déchets. Chez CASTORAMA, une partie de la rémunération variable de certains cadres est liée au développement de transport alternatif au tout routier. Le plan de transport de sur Paris implique déjà pour 8 tournées le passage par plusieurs distributeurs (Castorama, Décathlon,…). On perçoit avec cet exemple les contours du nouveau type de LOGISTIQUE URBAINE favorisée par une plus grande mise en commun des ressources et un meilleur partage des pratiques entre operateurs.
Thierry LARGER indique que le groupe MAISONS DU MONDE ainsi que DISTRIMAG ont engagé une démarche de réalisation d’un BILAN CARBONE de la l’ensemble de la chaine pour laquelle les activités transports ont un effet direct majeur.
Gaëtan PONS précise que les actions Développement durable d’une entreprise peuvent être mise en place, selon lui, non seulement sans que cela nuise à la rentabilité, mais aussi en améliorant cette rentabilité. Philippe DUHAMEL alerte cependant sur les lourdeurs administratives qui viennent pénaliser la faisabilité de certains projets logistiques : « lors de la construction d’un nouvel entrepôt, c’est la croix et la bannière pour arriver à satisfaire toutes les exigences administratives, notamment celles de la CRAM. ». Madjid OUACHE rappelle pourtant que c’est peut-être ces conditions qui nous permettent d’avoir un niveau social et de conditions de travail élevé : il ne faudrait pas que la mondialisation génère un nivellement par le bas de ces conditions.
On comprend bien l’évidence du paramètre des coûts de production en Europe et du transport routier continental comparés avec les coûts et charges de certains pays d’Asie et du fret maritime dans l’activation des décisions d’implantations industrielles et logistiques. Philippe DUHAMEL insiste sur le caractère dérisoire des coûts de transport maritime : « il coûte moins cher de faire venir sur Marseille un container de l’Asie (500 euros en moyenne) qu’un camion de Lille (environ 1 200 €) ».
De plus certaines spécificités régionales disparaissent : par exemple, le carrelage distribué par CASTORAMA, traditionnellement italien, n’existe plus : on ne peut plus en trouver : la pierre italienne est envoyée en Asie où le carrelage est modelé puis réexpédié chez les distributeurs européens. Aujourd’hui sur une chaîne transport et logistique, la partie transport coûte en moyenne 80% du total.
Nos invités logisticiens s’accordent à reconnaitre que les sujets de fond sur les discussions avec les transporteurs ont évolué avec le temps : tout tournait auparavant sur l’aspect économique uniquement de la relation, aujourd’hui on assiste à des négociations sur les impacts environnementaux beaucoup plus marquées.
Concernant la gestion des stocks, le cadre légal et notamment la LME (Loi de Modernisation de l’Economie) a certes permis de raccourcir les délais de paiement (de 90 jours en moyenne à 45 jours), mais a également redessiné l’organisation de stock des entreprises : diminution des stocks et approvisionnement plus fréquents.

La mobilité des personnes : un vrai enjeu pour les collectivités territoriales autant que pour les entreprises …
Mireille HENRY présente tout d’abord la démarche Agenda 21 de la commune de Saint Martin-de-Crau qui suit la mise en place de son PADD (Projet d’Aménagement et de développement durable). D’ici début 2011, plusieurs action seront mises en place : Concertation territoriale, Diagnostic de la commune, la convocation de plusieurs groupes de travail sur des thèmes différents.
De son côté, Madjid OUACHE rappelle, par le biais de son PPA (Plan de Protection de l’Atmosphère), que la préfecture des Bouches du Rhône impose à tous les sites employant plus de 250 personnes de mettre en place un PDE (Plan de Déplacement Entreprise). Mais ces grandes entreprises peuvent se grouper avec de plus petites pour un PDIE (Inter Entreprises) ce qui permet du coup de bénéficier d’aides du FREE. L’aide (financière ou fonctionnelle) obtenue dans cette démarche permet également de mieux comprendre les versements par les entreprises de la taxe transport (VT). Le principal critère pour qualifier un dossier FREE est le nombre de tonnes de CO2 évitées. Toute entreprise locale peut en bénéficier, y compris les agences ou filiales de grands groupes qui n’ont pas leur siège sur place : seule conditions : les actions doivent être entreprises localement.
Maurice SAMBAIN précise que sur Saint Martin de Crau, il y a 60 abonnés pour emprunter la navette mise en place par la commune à destination de la gare TER (prévoyant une desserte direct de Marseille en 40 minutes), mais le problème vient surtout de la non fiabilité des horaires de TER : un TER qui a une heure de retard le soir, ne permet plus de récupérer la navette : celle-ci est donc sous utilisées et les abonnés mécontents,… Madjid OUACHE indique que la région essaye d’améliorer le service des TER, notamment avec la mise en place de groupes de travail mais regrette que peu d’entreprises participent à ces groupes de travail.

Un moment de convivialité

8 réponses à “3è Session Logistique Décarbonée en Région Provence-Alpes-Côte-D’azur : Saint-Martin-de-Crau”
  1. Olivier dit :

    Prochaine session de la logistique décarbonée?
    la mise en place de la taxe carbonique:
    http://www.journaldelenvironnement.net/article/europe-les-camions-vont-payer-leurs-couts-environnementaux,19604

  2. HUGO13A-ACCM dit :

    Ces PDE ou PDIE sont une vraie GABEGIE, on finance de grandes entreprises pour mettre en place des plans de ramasse des salariés qui travaillent dans des mega-plateformes industrielles qui ne rapportent pas ou presque d’emplois pour le departement, et en plus on “balance l argent public par la fenetre !
    On devrait plutot OBLIGER ces entreprises a mettre en place des systemes de ramasse COLLECTIF, MODERNES et SOCIALEMENT RESPONSABLES.
    Arretez de tout focaliser sur les emmisions CO2 et interessez vous plus aux HOMMES ET AUX FEMMES qui travaillent dans le 13 !!
    Merci de votre ecoute.

  3. Nicolas ROGIER dit :

    HUGO13A-ACCM : vous expimez à votre manière et mettez en avant des prises de position qui dépassent le cadre de ce blog qui a pour vocation de traiter de sujets à la fois techniques et également sociétaux, il est vrai, mais en évitant de tomber dans les travers de la caricature, des lieux communs et de la critique systématique.
    Apportez-nous des faits précis, des propositions étayées qui permettront de faire avancer les choses et la réflexion « opérationnelle ».
    Bonne semaine à tous !

  4. Démocrate dit :

    Monsieur Nicolas Rogier

    Je pense qu’il y a chez HUGO 13-6ACM ,une juste interrogation sur l’utilisation des fonds publics et à laquelle il conviendrait d’apporter une réponse plus argumentée. La lutte contre les émissions de CO² ne peut et ne doit servir à subventionner des entreprises de transport qui n’assurent pas ou assurent mal leur rôle dans la collectivité. Est-ce le cas? Je crains que cela ne soit le cas parfois lorsqu’on lit les propos de Maurice Sambain.
    Si au contraire ces aides au transport collectif des salariés et à la lutte contre l’émission des GES étaient bien utilisées, elle profiteraient alors non seulement à l’environnement mais aussi au salarié qui peut se rendre de son domicile au travail à des conditions plus avantageuses que par un véhicule individuel.

  5. MANAGERPRESSé dit :

    Le concept de vos sessions a l’air bien ficelé et concret. Il est apréciable qu’on se rende compte que les cadres sur lesquels on arrête pas de taper sont finalement entre le marteau et l’enclume et quand on nous parle de développement durable dans nos grandes boites, on a tendance a tirer au flanc car on sait que fatalement on est payé pour faire de la productivite maximale. Mais je trouyve que c’est bien de repositionner le debat sur des choses claires et concretes.
    Quand venez vous vers Nice ??

  6. Gil Doat dit :

    Démocrate : D’accord avec vous : les PDE / PDIE doivent être des aides aux transports collectifs et à la lutte contre les émissions de GES et les dossiers de financement en tiennent justement compte de manière rigoureuse : nulle entreprise ne peut se prévaloir d’obtenir une aide si les mesures concrètes ne sont pas au rendez-vous, et tous ceux qui ont déjà essayé de remplir un dossier de subvention savent bien la complexité d’obtenir ces aides.

    Un point de précision pour HUGO13A-ACCM : le PDE ne peut financer de grandes entreprises, puisqu’il est obligatoire dans le 13 pour les sites de plus de 250 personnes.
    Cela dit, l’avantage du PDIE est justement de grouper des entreprises qui sans cela ne verraient pas l’intérêt de mettre en place une telle démarche : et si elles peuvent bénéficier de l’effet de masse apporté par une grande entreprise, so what ?

    Salutations

  7. allezlom.com dit :

    BONJOUR A TOUS,
    VISIONNEZ CE VIDEO DE LCM, C’EST SAVOUREUX !! =

    http://il.youtube.com/watch?v=ZPoZY5tD0Ec

    QUAND ON VOIT LE NIVEAU DE LA DISCUSSION ET LA HAUTEUR DE VUE ENTRE LE MEDEF 13 ET LE LEADER CGT DES GRUTIERS SUR LES ENJEUX DE LA PARALYSIE (CHRONIQUE) DU GPMM, ON COMPREND MIEUX L’ETAT DE SOUS-DEVELOPPEEMENT DE CE QUI FUT UN JOUR LE PLUS GRAND PORT DE LA MEDITERRANEE, LA PORTE DE L’ORIENT. D’UN COTE, UN HABLEUR, DE L’AUTRE, UN PITBULL MAL LECHE. C’EST BIEN TRISTE.
    ALORS, LES GRANDS DEBATS SUR LE REPORT MODAL, L’INTERMODALITE, C’EST UNE FARCE !

    MAIS… ALLEZ L’OM, ON EST EN CHAMPION’S LEAGUE.

  8. Hugo dit :

    Voici l’affiche sortie par le collectif « TOUCHE PAS A MON PORT », sous la houlette du MEDEF des Bouches du Rhône :

    http://videos.tf1.fr/infos/2010/grutier-the-best-job-in-the-world-6095549.html

    Pas terrible …

  9.  
Trackbacks
  1.  
Répondre

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>