Résilience : l’exemple japonais, le témoignage de Jean-Philippe Touzeau depuis Tokyo

Via Garrulus vous offre le témoignage de Jean-Philippe Touzeau, ami fidèle, et de longue date, de votre serviteur Nicolas Rogier, citoyen français installé à Tokyo depuis 4 ans. Jean-Philippe est un blogueur de talent, expert TIC et surtout observateur des sensibilités humaines de notre planète.

Via Garrulus parcours habituellement l’Europe et les rivages méditerranéens, traquant l’actualité relative au Transports, aux échanges, au développement des infrastructures demain qui viennent modeler l’espace et les territoires de demain. Vous savez que nous nous intéressons de près à la responsabilité, la RSE, mais aussi à la façon dont nos collectivités (institutionnelles et entreprises) appréhendent la gestion et l’anticipation des risques, intègrent les notions de sûreté et de sécurité.

A nos portes, actuellement dans le Maghreb et le Machrek, c’est une odeur de poudre et de jasmin qui enivre des dizaines de millions de nos voisins. Hier, c’était les Balkans qui s’embrasaient. Plus à l’est, au Proche-Orient, c’est l’amertume des occasions manquées qui rend aride le terreau de l’espoir…

Et tout à coup, au même moment, le 12 mars, à 10 000 km de Paris, du Caire ou de Barcelone, un séisme d’une magnitude de 8,9 ébranlait le nord-est de l’archipel nippon et entrainait un tsunami, et en cascade une succession d’impacts sur les infrastructures, les zones d’habitation, les réseaux, les installations sensibles dont la centrale nucléaire de Fukushima.

Trois semaines plus tard, Via Garrulus vous offre le témoignage de Jean-Philippe Touzeau, ami fidèle, et de longue date, de votre serviteur Nicolas Rogier, citoyen français installé à Tokyo depuis 4 ans. Jean-Philippe est un blogueur de talent, expert TIC et surtout observateur des sensibilités humaines de notre planète.

Puisqu’au-delà de la modeste contribution de notre tribune, il y a bien des hommes en chair et en os, je vous offre, avec émotion, le témoignage -pourtant « zen » – de Jean-Philippe Touzeau qui a décidé, au lendemain de la catastrophe, de contribuer à l’élan de résilience d’un peuple ami, lointain mais en même temps si proche par son niveau de développement, l’abondance de ses innovations, ses capacités à maîtriser les ressources…
Je vous engage à lire jusqu’au bout Aidons Le Japon.org et, selon vos moyens, participer à la reconstruction. Merci.

7 réflexions au sujet de « Résilience : l’exemple japonais, le témoignage de Jean-Philippe Touzeau depuis Tokyo »

  1. Super vidéo!! Incroyable et pourtant ici en Europe, ou la « tranquilité » reigne on ose se plaindre pour des choses banales…tandis qu’a l’autre bout du monde des milliers de personnes souffrent et ne savent comment faire pour récupérer leur ancienne vie paisible…Meme si quelques euros pour nous ne signifient rien, pour nos amis les Japonais notre aide sera un grain de sable indispensable! COURAGE!!!

  2. Bonjour Jean-Philippe et salut aux lecteurs.

    Belle leçon de Philo dont la conclusion aurait pu être :

    A Coeur Vaillant, rien d’impossible !

    Très cordialement,

    Gilbert de Pertuis en Luberon

  3. Témoignage intérssant jean-philippe,
    ne pensez vous pas, si vous etes un observateur du japon basé au japon qu’il ya des peuples, comme peut-etre les Allemands, ou les Japonais qui ont des capacités naturelles à la résilience que nous n’avons pas ? cette comparaison est-elle audacieuse d’oppposer Latins, anglo-saxons et Nippons ?
    En tous cas, les risques qui pèsent sur nos pays d’europe sont bien rééls et il est bine de pouvoir avoir des elements de comparaison sur le vif. Merci

  4. Merci beaucoup de nous informer de tout ce qui se passe. À mon avis c’est la seule façon de nous faire part de ce terrible désastre et de nous sensibiliser pour que nous aidions le Japon. Avec ce petit geste, nous pouvons sauver des vies qui sont peut être perdus, et doivent se rétablir pour recommencer une nouvelle vie.

    Inès ROGIER

  5. Quelle dure expérience as tu dû vivre!!! Nous sommes bouleversés malgré les kms qui nous séparent……

    Cela me fait trés plaisir de te retrouver aprés tous ces années passées et de te sentir bien stable dans ton parcour.

    Je t’embrasse trés fort.

    Begoña.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *