La 7ème session LOGISTIQUE DECARBONEE s’est déroulée le 29 septembre dernier dans les locaux de VITROPOLE, siège du syndicat des propriétaires de la zone industrielle de Vitrolles, présidé depuis juin 2010 par Guy PARTAGE, également chef d’entreprise. Rappelons que VITROPOLE, avec ses 787 entreprises, emploie plus de 12500 personnes ; il s’agit de la 1ère zone industrielle de France créée en 1964, dont la vocation initiale était d’accueillir à l’origine l’activité industrielle et manufacturière de l’agglomération marseillaise alors en pleine reconversion.

Les sessions LOGISTIQUE DECARBONEE, organisées et animées par Gil DOAT du cabinet BOUCLETIK, et Nicolas ROGIER, de GARRULUS CONSULTING, bénéficient d’un partenariat avec l’ADEME PACA et le Conseil Régional PACA. A ce titre, elles visent à favoriser l’appropriation par l’ensemble des acteurs de la chaine transports et déplacements (privés et institutionnels), des leviers, outils et dispositifs permettant d’accélérer le report modal, la recherche de solutions plus économes en énergie, la fluidité des déplacements. L’originalité de session tient essentiellement dans la conviction que les acteurs de terrain, autant les transporteurs, les logisticiens, les responsables de déplacements, les élus et gestionnaires de territoire doivent se rencontrer in situ, se connaître, échanger sur des points concrets afin de dégager des pistes d’amélioration pragmatiques et viables. Pour cela, LOGISTIQUE DECARBONEE propose des rencontres « opérationnelles » sur des zones représentatives de ces enjeux forts. VITROPOLE fait partie de ces nœuds de rencontres incontournables dans notre Région Provence lorsque nous évoquons les Transports.

C’est donc autour d’un café de bienvenue que le président PARTAGE, accompagné de Renaud AGIER, présente l’historique de VITROPOLE et sa trajectoire de plus de 40 ans, ainsi que les enjeux auxquels sont confrontés autant le syndicat que les entreprises présentes, les territoires et leurs gestionnaires. 20% des entreprises présentes sur la zone opèrent de façon directe ou indirecte dans le secteur des transports (TRM essentiellement).

Avant même un premier tour de table, un « jeu de rôle » LOGISTIQUE DECARBONEE est proposé par les deux animateurs, Gil DOAT et Nicolas ROGIER, l’objectif étant de permettre, par petits groupes, d’entrer dans le vif du sujet : « Mettez- vous dans la peau d’un élu territorial et d’un responsable d’entreprise pour définir sur les 10 prochaines années les politiques à mener sur certains domaines (logement, transport, attractivité du territoire et actions environnementales) en vue de réduire les émissions de gaz à effet de serre ».

« Attention : certaines actions ne sont pas populaires et vous empêcheront peut-être de vous faire réélire à la fin du mandat. »

Ce jeu en groupe de deux a permis de se connaître avant d’aborder la présentation.

Etaient présents à cette session :

Guy PARTAGE : Président de l’association VITROPOLE, chef d’entreprise

Renaud AGIER : Chargé de mission à l’association VITROPOLE

Rémi AMILHAT : Responsable transport Groupe Transports ROCCA, le spécialiste transport Corse / Continent

Aurélie RUFFINATTI : Chargée de projets à l’ARPE (Agence Régionale Pour l’Environnement)

Nadia BOUCEBA : Service administratif de la société de formation CITY PRO spécialisée dans le secteur du transport

Nicole SLEIMAN : Responsable commerciale de la société de formation CITY PRO spécialisée dans le secteur du transport

Emmanuel GOUCHAULT : Gérant de la société ELECARCITY, distributeur de véhicules électriques

Frédéric SIMON : Chargé de mission commerciale de la société ELECARCITY, distributeur de véhicules électriques

Magali ANDRE : Responsable des Services généraux d’EUROCOPTER, site de Marignane et en charge du Plan de Déplacement Entreprise

Juan ARIAS : Responsable de la mission Développement Durable de la mairie de Vitrolles

Alice VARINARD : Adjointe Responsable Qualité Environnement de POMONA – Terre Azur

Excusés pour des raisons de disponibilité de dernière heure :

Fatna ADDAR, de AIR LIQUIDE, Nicolas BRUNET, d’ALTADIS, Nicolas de MONSABERT, de la CPA, Olivier PROUST, DR FRANCE BOISSONS PROVENCE, Antoine DOMANICO, de GEFCO, Emmanuel CHARBONNEL, Groupe BERTO (signataire d ela charte d’engagement transporteurs CO2), Frédéric DUPUY, Transports TDR, Pierrick TERRASSE, TNT et Marc GROLLEAU de TRANSCARGO.

D’emblée, l’ensemble des acteurs présents s’accordent à reconnaître les difficultés rencontrées sur le territoire de Vitrolles en matière d’harmonisation et de mise en cohérence des transports collectifs, notamment le manque d’interconnexion entre les AOT : Vitrolles sur le territoire de la CPA ne bénéficie pas de connexion opérationnelle ou tarifaire avec le Syndicat Mixte des Transports des Bouches du Rhône.

Malheureusement, aucune AOT n’a pu être représentée lors de cette session. Un certain nombre de responsables de la CPA (Loïc TRELLU et N. de MONSABERT) devaient se joindre à la session mais ont eu une indisponibilité. Leur présence ultérieure sera de nature à nous éclairer davantage sur ces problèmes.

Tout le monde s’accorde sur le fait que le recours excessif et systématique à la voiture individuelle est un vrai fléau pour les villes : Guy PARTAGE annonce le chiffre de 500 000 véhicules qui entrent et sortent de Marseille chaque jour.

Pour Emmanuel GOUCHAULT, une des solutions pour la desserte des centre-ville permettant également de trouver une parade aux problèmes de pollution, au bruit et à la congestion des axes est la voiture électrique ou du moins les véhicules utilisant une motorisation alternative.

Chacun des participants fait alors le même constat mais pas sur les embouteillages : un véhicul, quelle que soit ses caractéristiques moteur, encombre la voirie de la même manière.

Alice VARINARD regrette que les prix de ces véhicules soient vraiment prohibitifs : selon Emmanuel GOUCHAULT, la faute en incombe principalement au lobby des grands indutriels du secteur automobile. Néanmoins certaines aides existent : notamment sur la ville d’Aix et la CPA.

Juan ARIAS fait remarquer pour reprendre le sujet du déplacement en ville, qu’on peut choisir des alternatives à la voiture individuelle mais que quelle que soit sa volonté, il est trop facile de perdre cette habitude en reprenant ne serait-ce qu’une fois l’utilisation de la voiture (lors d’une grève par exemple) et qu’il est ensuite très difficile de se remettre aux transports en commun.

Il faudrait arriver à fidéliser les utilisateurs de transports en commun.

Le débat s’est ensuite orienté naturellement sur les Plans de Déplacement avec l’exemple d’EUROCOPTER, site de Marignane, présenté par Magali ANDRE, qui a mis en place des actions, indépendamment d’un dispositif formel de coopération avec les pouvoirs publics (municipalité, intercommunalité) : il est dommage de faire ce constat de la part du plus gros employeur du département.

Alice VARINARD de son côté, constate qu’un PDE peut difficilement être mis en œuvre à l’échelle de son entreprise : le nombre d’employés, ainsi que les horaires décalés ne facilitent pas ce type d’actions.

Mais il est précisé que c’est justement pour ce type d’entreprises qu’un Plan de Déplacement Inter Entreprise peut être étudié, puisque dans ce cas, on peut mutualiser les besoins de plusieurs sociétés : ce peut être le rôle justement de l’association VITROPOLE.

Sur la question des transports de fret, Rémi AMILHAT présente l’activité des Transports ROCCA : Transporteur routier à destination de la Corse, le Groupe ROCCA est très fortement tributaire de la fiabilité du service offert par le GPMM (Grand Port Maritime de Marseille).

Nadia BOUCEBA, accompagnée de Nicole SLEIMAN, de la société CITYPRO, intervient en connaissance de cause sur les politiques de formation des entreprises ; les chefs d’entreprise désireraient pouvoir bénéficier de prime à la formation à l’éco-conduite par exemple de leurs conducteurs : d’après elle, il y a au moins une société d’assurance qui a décidé de financer l’éco-conduite pour ses clients dans le but de réduire le taux d’accidentologie.

La 7ème session LOGISTIQUE DECARBONEE, organisée ce 29 septembre à Vitrolles, au-delà des thèmes d’actualité, aura probablement permis à tous les acteurs de se retrouver autour de la même table, d’échanger cartes de visite, et de discuter, sans « langue de bois » et avec passion, des enjeux économiques, territoriaux communs pour demain…

La session s’est clôturée autour d’un buffet campagnard. Nous remercions VITROPOLE et la présidence du syndicat des propriétaires de la zone industrielle de Vitrolles pour son aimable collaboration ainsi que tous les participants présents pour leur implication et leurs apports divers !

Répondre

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>