Par Nicolas ROGIER (source portail du MEDDTL)

Depuis juillet dernier, les consommateurs que nous sommes ont pu découvrir certaines expérimentations menées par 160 entreprises françaises (distributeurs ou industriels) quant à l’affichage CO2 de plusieurs centaines de produits vendus, l’idée étant de faire preuve de relative transparence en ce qui concerne l’impact sur l’environnement que suppose la fabrication, la production et la distribution de produits courants.

Pour le moment, il s’agit de faire prendre conscience aux consommateurs de la notion d’équivalent CO2 d’une chaine de valeur déterminée. Et d’également tester et d’ajuster les éléments et indicateurs environnementaux les plus adaptés, les plus clairs et les plus pertinents.

Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement indiquait récemment :

« (…) J’attends de l’affichage qu’il donne l’envie et les moyens aux consommateurs d’orienter leurs achats vers les produits les plus vertueux, qu’il contribue à renforcer la compétitivité du ‘fabriqué en France’, via une production de proximité et de qualité, et qu’il aide les entreprises à s’engager dans la croissance verte. J’appelle les Français à participer dès la rentrée à ce testing grandeur nature, pour nous aider à élaborer l’affichage le plus percutant ».

On comprend aisément que le volet « transports » va ainsi constituer une part très significative du poids de l’affichage et que celui-ci devra inévitablement faire l’objet de réflexions opérationnelles visant à le maîtriser au mieux.

 

Répondre

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>