Pierre PRIER dans LE FIGARO du 29/01/12

Le ministre des Transports, Thierry Mariani, s’est rendu ce dimanche à Tripoli à la tête d’une mission «d’exploration». Il s’est dit persuadé qu’il fallait être présent en Libye dès maintenant, même si le gouvernement provisoire actuel doit céder la main en juin et si l’avenir politique du pays s’écrit en pointillés. «Quels que soient les gouvernements, les infrastructures sont primordiales», a insisté le ministre.

La concurrence sera rude. La compagnie privée Aiglazur proposera deux rotations Paris-Tripoli par semaine dès mars. Les représentants des grands groupes qui accompagnaient le ministre, comme Air France, Aéroport de Paris international (ADPI) ou Bolloré, s’intéressent aux ports, aux aéroports et à la maintenance, mais songent aussi à se faire payer les arriérés de l’ancien régime. ADPI, qui avait engagé 500 millions d’euros sous Kadhafi pour la construction du nouvel aéroport de Tripoli, a toujours 100 millions de factures en souffrance. «Tous les contrats vont être réactivés», a promis le ministre des Transports libyens, Yousef al-Huaeshi.

Thierry Mariani aura eu l’occasion de se rendre compte personnellement du climat politique tendu qui règne dans la capitale libyenne. Un groupe de «révolutionnaires» appartenant à l’une des nombreuses milices de Tripoli est venu manifester jusque devant la porte du salon où se déroulait la conférence de presse franco-libyenne. «Ce gouvernement n’a pas le droit de signer des contrats! Il ne nous représente pas!», clamaient les manifestants.

 

Répondre

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>