LA PROVENCE 6 Article de Franck Meynial 15/05/14

Faire voyager 20 millions de passagers par an, soit deux-tiers de plus qu’aujourd’hui et faire d’Aix-Marseille la porte méditerranéenne de l’Europe. En affichant ses prétentions le 8 novembre dernier, par la voix de son Premier ministre d’alors, Jean-Marc Ayrault, l’État avait annoncé son ambition de désaturer le noeud ferroviaire marseillais en injectant 800 millions d’euros dans un projet global de 2,5 milliards d’euros pour doubler les capacités et fiabiliser l’exploitation.

6 mois après ces annonces, Frédéric Cuvillier, secrétaire d’État en charge des Transports, vient d’arrêter le passage de la ligne nouvelle Provence Côte d’Azur en retenant dans ce cadre des opérations prioritaires autour de Nice et de Marseille : « Le ministre nous avait demandé de lui soumettre une zone de passage préférentiel, c’est-à-dire les lieux dans lesquels on viendrait mettre une infrastructure nouvelle. Et on a réalisé le dossier qui a été envoyé en début d’année 2014. Le ministre vient de valider l’idée qui se traduit à Marseille par un processus qui va permettre de désengorger le système ferroviaire en créant un tunnel d’une dizaine de kilomètres sous la ville, avec une gare ferroviaire souterraine nouvelle et la réalisation d’une quatrième voie dans la vallée de l’Huveaune pour améliorer fortement le trafic des trains au quotidien », a précisé hier Jean-Michel Cherrier, directeur adjoint de Réseau ferré de France (RFF) et chef de la mission de la ligne nouvelle Provence Côte d’Azur.

« Une gare souterraine sous Saint-Charles avec 4 voies à quai »

Pour ce dernier, « les études montrent qu’il y a la possibilité d’insérer une quatrième voie dans la vallée de l’Huveaune (…) la progression permanente du nombre de passagers nécessitait de réaliser cette troisième voie entre Marseille et Aubagne, mais la quatrième voie n’arrivera au minimum que d’ici une dizaine d’années. »

À l’instar de Zurich, Barcelone ou Stuttgart, Marseille devrait donc constituer la pierre angulaire d’un trafic ferroviaire intensifié dont la phase 2, permettant de préciser les contours, sera soumise à enquête d’utilité publique d’ici 2017.

« Les études de tracé et la définition précise de la gare souterraine vont désormais être lancées. Le tunnel ferroviaire partira de l’entrée Nord de Marseille et passera sous la ville pour déboucher aux alentours de St-Marcel. Au milieu, il y aura une gare souterraine sous Saint-Charles avec 4 voies à quai permettant la circulation de trains passants comme dans la plupart des gares, avec un gain de temps conséquent. Cela permettra la création d’une zone d’échanges ferroviaires entre la ligne TGV actuelle et la ligne classique », a ajouté Jean-Michel Cherrier avant d’entrevoir un délai raisonnable: 2028. Avant de se reprendre : « En tout cas avant 2030… »

 

Répondre

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>