Le dérèglement climatique pourrait tuer en Europe

Dans LE FIGARO du 05/08/17

Plus de 150.000 Européens, soit cinquante fois plus qu’aujourd’hui, pourraient décéder d’ici 2100 en raison d’événements climatiques extrêmes si rien n’est fait pour endiguer la hausse des températures, estiment des scientifiques. Leur étude, publiée vendredi par le Lancet Planetary Health, montre que les dérèglements climatiques vont devenir rapidement un fardeau pour les sociétés.

David Twomey – January 13, 2014

Les chercheurs estiment que deux Européens sur trois seront probablement affectés à la fin du siècle par des catastrophes liées au climat. Le risque sera particulièrement accentué pour les pays du sud de l’Europe, Portugal, Espagne, Italie.

Selon le modèle employé par les scientifiques, le nombre de décès dus aux changements climatiques passera de 3000 par an entre 1981 et 2010 à 152.000 par an entre 2071 et 2100 si aucune mesure n’est prise pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et l’impact des événements météorologiques extrêmes.

 

« Le changement climatique est l’une des plus grandes menaces du XXIe siècle pour la santé humaine », souligne Giovanni Forzieri, du Centre commun de recherche de la Commission européenne, qui a dirigé l’étude. « A moins que le réchauffement planétaire soit freiné de manière urgente, quelque 350 millions d’Européens (contre 25 millions pour la période de référence) pourraient être exposés chaque année à des extrêmes climatiques néfastes d’ici la fin du siècle », ajoute-il.

Play Video

L’étude a analysé les conséquences de sept catastrophes liées au climat, les plus meurtrières – canicules, vagues de froid, feux de forêt, sécheresses, inondations fluviales et côtières et tempêtes – dans les vingt-huit pays de l’Union européenne ainsi qu’en Suisse, Norvège et Islande.

L’équipe de chercheurs a examiné les archives de 1981 à 2010 pour estimer la vulnérabilité des populations, des données qu’elle a associées à une modélisation de l’évolution du changement climatique et de l’accroissement démographique. Selon leurs conclusions, les vagues de chaleur sont de loin la catastrophe climatique la plus meurtrière et causeraient 99% des décès, passant de 2700 morts par an sur la période 1981-2010 à 151.500 morts par an sur la période 2071-2100.

Les inondations côtières seraient également beaucoup plus meurtrières, passant de six décès par an en 1981-2010 à 233 en 2071-2100.

Le changement climatique représenterait 90% du risque, le reste étant lié à la croissance démographique, la migration et l’urbanisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *