Elisa BRAUN, dans LE FIGARO du 20/06/2018

INTERVIEW – Ancien ingénieur de Google, Tristan Harris dénonce les pratiques de son ancien employeur et des grands groupes de la Silicon Valley. Il exhorte les chefs d’États et citoyens à exercer un contre-pouvoir contre leur influence nocive.

Tristan Harris verse calmement du lait de soja dans son expresso, avant de descendre une à une les entreprises de la Silicon Valley et leurs pratiques. Cet ancien ingénieur employé de Google, spécialiste en éthique en technologies, alerte depuis plusieurs années le monde des technologies sur les dérives qu’il a contribué à créer. Avec un certain succès. Son initiative «déconnexionniste» Time Well Spent a fait de lui un speaker remarqué et invité par les PDG de la tech. Désormais, il vise les citoyens. À l’occasion de sa tournée européenne, des couloirs de Bruxelles à l’Elysée, en passant par le MAIF Social Club. Le Figaro l’a rencontré.

 

LE FIGARO. – Pourquoi êtes-vous parti en guerre contre les réseaux sociaux et les géants du Web?

Tristan HARRIS. – Ces entreprises sont devenues les acteurs les plus puissants au monde, plus que les États. Nous sommes 2 milliards à être sur Facebook, soit davantage de fidèles qu’en compte le christianisme. 1,5 milliard sur YouTube chaque mois, soit plus de fidèles qu’en compte l’Islam. Et à partir du moment où nous éteignons l’alarme de nos smartphones – que nous consultons en moyenne 150 fois par jour – nos pensées vont être perturbées par des pensées que nous n’avons pas choisies, mais que les entreprises technologiques nous soumettent. En ouvrant Instagram, on observe que ses amis se sont amusés sans vous. Cette idée ne vous serait jamais venue sans qu’un acteur des technologies ne l’ait faite advenir.

 

En quoi est-ce si grave?

Les réseaux sociaux finissent par construire une réalité sociale alternative. Cela pose des problèmes de santé publique, notamment chez les plus jeunes qui sont sans cesse soumis à des images de leurs amis montrés sous leur meilleur jour et ont une vision déformée de la normalité. Cela pose aussi des problèmes de polarisation: les réseaux sociaux ont tendance à mettre en avant les comportements extrêmes, ce qui pose un troisième problème, cette fois-ci démocratique, car cela influence l’opinion. La question relève enfin de l’antitrust: ces entreprises ont un pouvoir inégalable avec toutes les données qu’elles manipulent chaque jour.

 

Les concepteurs de ces technologies sont-ils conscients d’exercer un tel pouvoir?

Non! Il y a beaucoup de personnes qui ont une conscience dans la Silicon Valley et s’inquiètent des conséquences de leur travail. Mais si on y réfléchit bien, quand on a entre 20 et 30 ans, qu’on est un jeune ingénieur qui n’a jamais rien fait d’autre que coder et qu’on débarque chez Google, on pense avant tout à toutes les choses incroyables que l’on peut réaliser avec son travail. Pas aux instabilités géopolitiques que ces outils peuvent permettre de créer. Les employés de ces grandes entreprises ne réalisent pas leur pouvoir.

 

N’est-ce pas la faute d’une culture d’entreprise qui déresponsabilise ses employés?

Ces entreprises font en sorte que les employés n’aient pas une image «globale» de l’impact de leur travail. Je pense que des comparaisons historiques peuvent être faites avec des régimes autoritaires. J’ai beaucoup étudié le fonctionnement des cultes et j’y vois aussi des similitudes. Quand Facebook répète sans cesse cette devise, «nous aidons le monde à être plus connecté», cela devient performatif et on ne voit plus que cela.

 

Répondre

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>