Archives pour la catégorie “Développement Durable”

Source : LE FIGARO ECONOMIE du 25/04/16

WWF épingle dans un rapport plusieurs enseignes emblématiques pour leur consommation des ressources. La 4e conférence environnementale, qui a débuté ce lundi et doit fixer la feuille de route «verte» du gouvernement, pourrait contraindre ces mauvais élèves à évoluer.

Le WWF France a identifié 25 entreprises françaises prioritaires pour une transformation rapide des marchés car elles impactent le plus les écosystèmes terrestres et marins. Elles ont été identifiées car elles présentent un chiffre d’affaire lié aux achats, à la vente ou la transformation de ces matières premières renouvelables qui les place en tant qu’acteur majeur du changement. Ces entreprises peuvent utiliser soit directement des matières premières, soit de

Les zones de conservation prioritaires de matières premières selon WWF.

Les zones de conservation prioritaires de matières premières selon WWF.

manière indirecte via leurs approvisionnements. Toutes ces entreprises ont un rôle prépondérant à jouer dans la transformation des marchés, quel que soit leur positionnement au sein de la chaîne d’approvisionnement. L’approche de transformation des marchés focalisant sur les matières premières renouvelables et leurs impacts sur les écosystèmes, la méthodologie ne tient pas compte de l’empreinte climatique, extractive ou de l’empreinte eau des acteurs économiques (…)

Comments Un commentaire »

Publié dans LA CROIX Article d’EMMANUELLE RÉJU, le 31/03/2016

Le décret interdisant l’utilisation des sacs plastiques à usage unique a été publié le jeudi 31 mars.

Pour la fin des sacs plastiques à usage unique, le compte à rebours a commencé. Le ministère de l’écologie a publié jeudi 31 mars le décret interdisant, en deux étapes, ces sachets plastiques responsables d’une pollution majeure dans le milieu marin.

Tous les commerces concernés

Seront interdits à partir du 1er juillet prochain les sacs plastiques distribués aux caisses des magasins dont l’épaisseur est inférieure à 50 microns, quelle que soit leur taille. Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

Publié dans World class Logistics / Supply-chain

Dans le cadre de la Charte, toute entreprise de transport peut s’engager, pour une période de 3 ans, à réduire ses consommations d’énergie et ses émissions de CO2. Elle doit mettre en œuvre un plan d’actions incluant au moins une action dans 4 domaines : le véhicule, le carburant, le conducteur et l’organisation des flux.

nv_logos_objco2A partir d’un certain niveau de performance, l’entreprise peut désormais obtenir un Label, qui valorisera ses résultats en matière de maîtrise des émissions de CO2.

Pour obtenir ce nouveau « Label Objectif CO2 », l’entreprise doit avoir atteint un niveau de performance élevé sur l’ensemble de sa flotte, calculé à partir des consommations de ses véhicules et comparé aux émissions de référence.  Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

LE FIGARO & ENGIE

La planète compte toujours plus d’habitants qui se concentrent dans des zones urbaines surpeuplées. L’impact des villes sur les émissions de GES est considérable. Les territoires se mobilisent pour agir durablement dans la lutte contre le dérèglement climatique.

Souvent les images associées au réchauffement climatique mettent en scène le dérèglement des éléments naturels, mais le phénomène s’amplifie dans les villes. Il fait de plus en plus chaud dans des mégapoles, toujours plus peuplées. Ainsi, les zones urbaines abritent 50% des habitants de la planète. Et même plus de 60% en 2050, selon les prévisions du Giec.

Phénomène aggravant, les villes sont souvent à proximité d’une ressource en eau (fleuves, rivières, côtes) ce qui les rend particulièrement vulnérables aux effets du changement climatique. Surpeuplées, les capitales sont devenues des Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

Par Marc CHERKI dans LE FIGARO du 13/12/15

 Tous ces secteurs sont presque absents de l’accord adopté à l’unanimité par les représentants de 195 pays.

Impact ignoré des mers

DSC_2171Malgré une seule mention aux océans, dans le préambule de l’accord, ce deuxième poumon de la Terre, qui absorbe environ un quart des émissions annuelles de dioxyde de carbone, ne fait pas l’objet du même intérêt que les forêts (11 mentions). «Les océans sont oubliés dans le projet d’accord de Paris» , confirme Vincent Laudet, directeur de l’Observatoire océanologique de Banyuls-sur-Mer (université Pierre et Marie Curie, CNRS). Cet oubli se justifie, selon le chercheur, pour au moins trois raisons: «On le connaît très peu, même si l’on sait qu’il a notamment un rôle de pompe à CO2, dans le transport du dioxyde de carbone et qu’il sert de tampon thermique. Deuxièmement, l’océan n’est à personne. Il est donc plus difficile de s’en soucier. Enfin, il est complexe à étudier et d’en avoir une connaissance globale, malgré les observations par satellites.» Une meilleure étude des océans, notamment de son acidification provoquée par la dilution du CO2, ou l’interdiction des rejets plastiques dans les mers pourraient aider à préserver cet écosystème crucial.

Suppression de la référence aux transports aérien et maritime

L’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre des avions et des bateaux de marine marchande a longtemps été inscrit dans les projets d’accord. Mais, le 9 décembre, cette référence a été retirée du texte. L’aérien contribue à 2,5 % des émissions mondiales de CO2 et le maritime à 2,2 %. Mais, surtout, leurs rejets augmentent Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

Fabrice Nodé-Langlois – LE FIGARO du 28/11/2015

COP21 – À trois jours de l’ouverture de la COP21, l’agence de notation Standard & Poor’s évalue dans une étude l’impact financier pour les États, de la multiplication des catastrophes naturelles. La Thaïlande apparaît très vulnérable.

téléchargementLe réchauffement climatique menace votre «AAA»! À trois jours du lancement de la COP21, la conférence climat des Nations unies à Paris, les agences de notation financières y vont aussi de leur partition. Standard & Poor’s (S&P’s) en l’occurrence, a tenté d’évaluer l’impact de la hausse des températures sur le risque souverain des États. Ce risque, gradué par les notes qui vont du fameux AAA à D, reflète la capacité d’un État à rembourser ses dettes, et donc sa bonne santé financière.

Sur l’échantillon de 38 pays étudiés, la Thaïlande apparaît comme le plus vulnérable. La multiplication descatastrophes naturelles induite par le réchauffement entraînerait à elle seule une dégradation de 1,8 cran. Un chiffre abstrait, qu’il faut comparer avec une dégradation de 1 cran pour la République dominicaine ou 0,5 cran pour le Vietnam ou les Bahamas, archipel dépassant à peine le niveau de la mer. Pour rendre son estimation plus concrète, S&P’s s’est aussi appuyé sur les données de l’assureur Swiss Re qui évalue les dégâts potentiels des catastrophes Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

Pubié par Viviane Chocas dans LE FIGARO du 07/10/15

À quelques semaines de la COP21 et pour relayer l’appel de la Fondation Hulot – Osons agir pour le climat – , l’équipe de Golden Moustache immerge Nicolas Hulot dans un scénario à rebondissements où l’écologiste engagé démontre ses talents de comédien.

4c4561dc10600765867a6422bf291On dit de lui que c’est « un gars sérieux ». « Trop sérieux ? » Pour sortir d’un costume qui parfois le bride, Nicolas Hulot a pris le parti de s’exprimer différemment. De jouer avec les codes du net et des mini-fictions qui cartonnent sur la Toile pour embarquer les moins de trente ans dans sa défense passionnée de la planète. Le résultat : une vidéo de 5 minutes aussi drôle que percutante produite par le collectif Golden Moustache et réalisée par David Coscas. Comme une invitation générale à se secouer.

La jeunesse ne croit plus aux discours politiques ? Pour relayer l’appel de la Fondation Hulot – Osons agir pour le climat -, l’équipe de Golden Moustache immerge Nicolas Hulot dans un scénario à rebondissements où l’écologiste engagé démontre ses talents de comédien (à ses côtés, des stars du web comme Kyan Khojandi, Bapt&Gaël, Natoo, Jérôme Niel…).

Un ton humoristique qui n’exclut pas le message essentiel : sans une très forte mobilisation citoyenne et notamment des jeunes, les chances que la COP21 de Paris aboutisse et que la donne climatique change sont faibles. « Exigeons des chefs d’État qui viendront en décembre de la transparence, de la précision, de la cohérence, exigeons aussi qu’ils sécurisent les promesses d’aide faites aux pays les plus vulnérables », insistait mercredi matin Nicolas Hulot en présentant son manifeste, Plaidoyer d’un homme libre, vendu moins de 5 € (4,90 € aux éditions Les liens qui libèrent). La vidéo et le manifeste invitent à signer une pétition contenant 12 propositions concrètes faites aux Lire la suite »

Comments Un commentaire »