Archives pour la catégorie “Développement Durable”

LE MONDE du 20/07/16, Marine FORESTIER

C’est une note pour le moins salée qui vient conclure une enquête ouverte en 2011 : la Commission européenne a annoncé mardi qu’elle infligeait une amende de 2,93 milliards d’euros aux constructeurs de camions Volvo-Renault, Source LE MONDE du 20/07/16Daimler, Iveco et DAF pour avoir enfreint les règles de concurrence de l’Union européenne (UE). « C’est la plus grosse amende jamais infligée dans un cas de cartels dans l’UE. En gros, le double du dernier record », a précisé Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence, lors d’une conférence de presse, à Bruxelles. Les constructeurs sont accusés de s’être mis d’accord, entre 1997 et 2011, sur le calendrier, les prix et la répercussion des coûts Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

Art. Daniel VERDU / EL PAIS del 06/06/2016

Barcelona es el puerto base del Harmony of the seas, el crucero más grande del mundo y símbolo del debate entre beneficios económicos e impacto medioambiental para la ciudad

Lo que llegó ayer a Barcelona no es solo un barco, es una ciudad de más de 9.000 habitantes —7.000 pasajeros y 2.000 tripulantes— que navega por el Mediterráneo hasta octubre. Tiene 72 metros de altura, 366 de largo y 66 de ancho. Su interior esconde 23 piscinas, 20 restaurantes, varios toboganes gigantes, un casino, un teatro para 1.400 personas con un show de Broadway… Para mover las 227.000 toneladas de la bestia, sus motores consumen de 1465138803_922939_1465189656_sumario_normal_recorte1media unos 110.000 litros diarios del combustible diésel más contaminante del mundo. El Harmony of the Seas, la joya de la corona de los cruceros Royal Caribbean, utilizará Barcelona como puerto base hasta el 23 de octubre y cada semana realizará un crucero por el Mediterráneo. Pero su llegada se ha convertido también en el símbolo del impacto medioambiental y urbano para el principal puerto crucerista de Europa. Un debate abierto ya Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

Source : LE FIGARO ECONOMIE du 25/04/16

WWF épingle dans un rapport plusieurs enseignes emblématiques pour leur consommation des ressources. La 4e conférence environnementale, qui a débuté ce lundi et doit fixer la feuille de route «verte» du gouvernement, pourrait contraindre ces mauvais élèves à évoluer.

Le WWF France a identifié 25 entreprises françaises prioritaires pour une transformation rapide des marchés car elles impactent le plus les écosystèmes terrestres et marins. Elles ont été identifiées car elles présentent un chiffre d’affaire lié aux achats, à la vente ou la transformation de ces matières premières renouvelables qui les place en tant qu’acteur majeur du changement. Ces entreprises peuvent utiliser soit directement des matières premières, soit de

Les zones de conservation prioritaires de matières premières selon WWF.

Les zones de conservation prioritaires de matières premières selon WWF.

manière indirecte via leurs approvisionnements. Toutes ces entreprises ont un rôle prépondérant à jouer dans la transformation des marchés, quel que soit leur positionnement au sein de la chaîne d’approvisionnement. L’approche de transformation des marchés focalisant sur les matières premières renouvelables et leurs impacts sur les écosystèmes, la méthodologie ne tient pas compte de l’empreinte climatique, extractive ou de l’empreinte eau des acteurs économiques (…)

Comments Un commentaire »

Publié dans LA CROIX Article d’EMMANUELLE RÉJU, le 31/03/2016

Le décret interdisant l’utilisation des sacs plastiques à usage unique a été publié le jeudi 31 mars.

Pour la fin des sacs plastiques à usage unique, le compte à rebours a commencé. Le ministère de l’écologie a publié jeudi 31 mars le décret interdisant, en deux étapes, ces sachets plastiques responsables d’une pollution majeure dans le milieu marin.

Tous les commerces concernés

Seront interdits à partir du 1er juillet prochain les sacs plastiques distribués aux caisses des magasins dont l’épaisseur est inférieure à 50 microns, quelle que soit leur taille. Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

Publié dans World class Logistics / Supply-chain

Dans le cadre de la Charte, toute entreprise de transport peut s’engager, pour une période de 3 ans, à réduire ses consommations d’énergie et ses émissions de CO2. Elle doit mettre en œuvre un plan d’actions incluant au moins une action dans 4 domaines : le véhicule, le carburant, le conducteur et l’organisation des flux.

nv_logos_objco2A partir d’un certain niveau de performance, l’entreprise peut désormais obtenir un Label, qui valorisera ses résultats en matière de maîtrise des émissions de CO2.

Pour obtenir ce nouveau « Label Objectif CO2 », l’entreprise doit avoir atteint un niveau de performance élevé sur l’ensemble de sa flotte, calculé à partir des consommations de ses véhicules et comparé aux émissions de référence.  Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

LE FIGARO & ENGIE

La planète compte toujours plus d’habitants qui se concentrent dans des zones urbaines surpeuplées. L’impact des villes sur les émissions de GES est considérable. Les territoires se mobilisent pour agir durablement dans la lutte contre le dérèglement climatique.

Souvent les images associées au réchauffement climatique mettent en scène le dérèglement des éléments naturels, mais le phénomène s’amplifie dans les villes. Il fait de plus en plus chaud dans des mégapoles, toujours plus peuplées. Ainsi, les zones urbaines abritent 50% des habitants de la planète. Et même plus de 60% en 2050, selon les prévisions du Giec.

Phénomène aggravant, les villes sont souvent à proximité d’une ressource en eau (fleuves, rivières, côtes) ce qui les rend particulièrement vulnérables aux effets du changement climatique. Surpeuplées, les capitales sont devenues des Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

Par Marc CHERKI dans LE FIGARO du 13/12/15

 Tous ces secteurs sont presque absents de l’accord adopté à l’unanimité par les représentants de 195 pays.

Impact ignoré des mers

DSC_2171Malgré une seule mention aux océans, dans le préambule de l’accord, ce deuxième poumon de la Terre, qui absorbe environ un quart des émissions annuelles de dioxyde de carbone, ne fait pas l’objet du même intérêt que les forêts (11 mentions). «Les océans sont oubliés dans le projet d’accord de Paris» , confirme Vincent Laudet, directeur de l’Observatoire océanologique de Banyuls-sur-Mer (université Pierre et Marie Curie, CNRS). Cet oubli se justifie, selon le chercheur, pour au moins trois raisons: «On le connaît très peu, même si l’on sait qu’il a notamment un rôle de pompe à CO2, dans le transport du dioxyde de carbone et qu’il sert de tampon thermique. Deuxièmement, l’océan n’est à personne. Il est donc plus difficile de s’en soucier. Enfin, il est complexe à étudier et d’en avoir une connaissance globale, malgré les observations par satellites.» Une meilleure étude des océans, notamment de son acidification provoquée par la dilution du CO2, ou l’interdiction des rejets plastiques dans les mers pourraient aider à préserver cet écosystème crucial.

Suppression de la référence aux transports aérien et maritime

L’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre des avions et des bateaux de marine marchande a longtemps été inscrit dans les projets d’accord. Mais, le 9 décembre, cette référence a été retirée du texte. L’aérien contribue à 2,5 % des émissions mondiales de CO2 et le maritime à 2,2 %. Mais, surtout, leurs rejets augmentent Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »