Archives pour la catégorie “Risques”

par Nicolas J. Rogier

Samedi 23 mai 2020, Marseille, vers 15h00

Je m’attable, enfin, un peu dépité, ayant repoussé l’échéance d’une rencontre obligée avec la page blanche d’un livre « à quatre mains » qui, décidément, tarde à m’enivrer ! Je ne parviens toujours pas à cerner les flancs d’un paysage fuyant devant moi, qui ne m’offre que des collines battues et rebattues par des vents improbables et entre lesquelles je ne parviens toujours pas à introduire mon stylet. A chaque tentative, depuis une poignée de semaines, le thalweg que je pensais pouvoir emprunter avec un certain bonheur, s’évanouit entre les ronces, d’épaisses et infranchissables haies. Une maigre inspiration se dérobe, me forçant au demi-tour dans une soirée obscure à peine émaillée de quelques dalles plus claires sur lesquelles je fixe mon pas contrarié.

Marseille, Belsunce. L’Alcazar

Enfin quelques lueurs au loin dans un ciel blanchi par le disque d’argent d’une lune bienveillante.

Cette « logistique » est un véritable cerbère, agité, remuant, protéiforme, se dévêt de bleu pour se vêtir de blanc, disparaissant dans les limbes pour revenir en polichinelle dans une version digitalisée désarmante pour ceux qui pensaient la tenir bien en laisse.

L’objet de mon désarroi, momentané, car nous saurons bien, tout compte fait, amadouer la bête et l’amener à la raison, est de ne toujours pas parvenir à solidement agrafer entre elles les impressions et les images recueillies au cours de mes déambulations

Dans les méandres des trajectoires des entreprises qui errent entre chien et loup. (Lire la suite la semaine prochaine)

Comments Pas de commentaire »

Propos recueillis par Simon Roger , Audrey Garric et Antoine Flandrin  LE MONDE du 06/11/19 

L’essayiste fait le lien, dans son nouveau livre, entre crise climatique et montée des nationalismes.

A une époque où les océans montent autant que les flots de haine, la militante écologiste et anticapitaliste canadienne Naomi Klein publie mercredi 6 novembre un nouveau livre, Plan B pour la planète. Le New Deal vert (Actes Sud, 416 pages, 23 euros), qui défend l’adoption d’un New Deal vert comme solution à la crise climatique et sociale. Ce programme, inspiré par celui du président américain Franklin Delano Roosevelt dans les années 1930, prône un changement radical pour atteindre la neutralité carbone en dix ans (…)

Comments Pas de commentaire »

Lhttp://www.lefigaro.fr/international/en-mauritanie-les-caravaniers-du-fer-20190816E FIGARO du 16/08/19 Adrien Gombeaud (texte) et Stéphan Gladieu (photos)

REPORTAGE – Tous les jours, de gigantesques trains de minerai traversent le désert de Mauritanie. Du fond du Sahara aux rives de l’Atlantique, dans l’un des paysages les plus hostiles de la planète, l’activité humaine s’organise autour de 700 kilomètres de rails, constamment menacés par les sables.

 

«S’il te plaît, achète-moi un Coca», dit le «Petit Prince» mauritanien en tee-shirt aux couleurs de Manchester United, dans une rue de Zouerate. Derrière lui, se dresse une montagne de fer. Régulièrement, le fracas de la dynamite fait trembler les carreaux. Plus personne ne sursaute. Voilà plus d’un demi-siècle que la Mauritanie s’abreuve de minerai sur les pentes de la Kedia d’Idjil.

Comments Pas de commentaire »

Source EUROSTAT 08/05/2019

Eurostat estime que les émissions de dioxyde de carbone (CO2) provenant de la combustion de combustibles fossiles ont diminué de façon significative de 2,5% dans l’Union européenne (UE) en 2018 par rapport à l’année précédente. Les émissions de CO2 contribuent fortement au réchauffement de la planète et représentent environ 80% de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre dans l’UE. Elles sont influencées par des facteurs tels que les conditions climatiques, la croissance économique, la taille de la population, les transports et les activités industrielles. Il convient de noter également que les importations et exportations de produits énergétiques ont un impact sur les émissions de CO2 dans le pays où les combustibles fossiles sont brûlés: par exemple, le charbon importé entraîne une augmentation des émissions, tandis que l’électricité importée n’a pas d’effet direct sur les émissions du pays importateur mais affecte le pays exportateur dans lequel elle a été produite. Ces premières estimations pour 2018 des émissions de CO2 issues de la consommation d’énergie sont publiées par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne. Plus fortes réductions des émissions de CO2 au Portugal et en Bulgarie, plus fortes hausses en Lettonie

Comments Pas de commentaire »

Nous publions le témoignage d’Ariane, une écolière de 11 ans en CM2 au centre scolaire Georges Lapierre à Tournefeuille (31) qui a voulu nous faire part de son avis à la suite du G7 de l’Environnement de Metz

«Greta Thunberg est une militante écologiste suédoise de 15 ans. Elle souhaiterai que la planète soit mieux protéger. Moi je pense également, que il faudrait mieux la protéger. Pour ça il faudrait que : il y ait moins de voitures diesel (pollution), faire plus de panneaux solaires, moins d’éoliennes, éviter les INSECTICIDES, et enfin protéger la faune et la flore.

Je suis moi aussi d’accord avec ça.

Je trouve que il faudrait prendre plus soin de notre planète ».

Ariane R., 11 ans, en CM2
Lettre d’Ariane R. a Via Garrulus, 05/05/2019

Comments 2 commentaires »

LE MONDE Par Anne-Françoise Hivert

Dans un pays où l’on voyage en avion cinq fois plus que la moyenne mondiale, renoncer à ce mode de transport très émetteur de CO2 n’est plus si mal vu.

Lundi 1er avril, 250 acteurs, réalisateurs et producteurs suédois ont signé une tribune dans le quotidien Dagens Nyheter, où ils exigent que l’industrie cinématographique de leur pays change ses méthodes de production. Visés : les tournages à l’étranger et les déplacements constants en avion. « Si l’industrie continue de négliger ce que le reste du monde voit comme une question critique pour l’avenir, ce n’est pas seulement le climat qui est menacé, mais également le cinéma suédois », affirment les signataires.

(suite)

Comments Pas de commentaire »

Luis DONCEL, EL PAIS del 20/03/2019

Las colisiones en vehículos de transporte ligero suben un 55% por el ‘boom’ del comercio electrónico. La DGT impulsa un plan de acción en un sector con una creciente precariedad

Jornadas maratonianas. Prisas para realizar el mayor número de pedidos en el menor plazo de tiempo posible. En este sector, la falta de papeles es la norma y nadie sabe a ciencia cierta ni cuántas personas trabajan ni en qué condiciones lo hacen.

Los conductores de furgonetas reconocerán como propias todas estas características. Pero muy pocos están dispuestos a describir su día a día dando su nombre y apellidos. De la media docena de profesionales contactados, ninguno ha querido colaborar para este reportaje. Muchos operan sin título habilitante y trabajan para otros subcontratados. “En este sector hay mucho miedo”, explican fuentes sindicales.

(continuar)

Comments Pas de commentaire »